VIH, Cancer, Staphylocoque… La recherche non-Covid largement freinée par l’épidémie

·1 min de lecture

Depuis un peu plus d’un an, des centaines d’études ont été lancées en France concernant de le SARS-COV-2. Parfois au détriment d’autres thèmes de recherches.

L’épidémie de Covid-19 a touché plus de 153 millions de personnes à travers le monde, dont 5,6 en France. 3,2 millions de personnes ont trouvé la mort des suites du virus, dont près de 105 000 dans l'hexagone. Une pandémie sans précédent depuis des décennies, qui depuis un peu plus d’un an concentre quasiment toutes les forces des scientifiques du monde. Depuis le mois de mars 2020, le ministère français de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a autorisé une centaine d’essais cliniques sur les traitements possibles de la maladie, ainsi que plusieurs centaines d’autres études visant à mieux comprendre la maladie et ses conséquences. Un flux de contribution peu commun qui a eu tendance à fragiliser, voire à freiner, d’autres thèmes de recherches comme ceux de la lutte contre le VIH ou encore le Cancer.Des chercheurs redirigés vers les études CovidProfesseur des universités et médecin aux Hospices civiles de Lyon, Gérard Lina, aussi président de la société de microbiologie française, s’est très vite vu mobilisé sur la recherche Covid. " Mes activités à l’hôpital ont très vite pris le dessus sur mes recherches ", explique-t-il auprès de Marianne. Résultat, pour ce microbiologiste spécialiste du syndrome du choc toxique lié aux règles ? " Plus d’un an de retard dans ses travaux ".Même constat du côté de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Covid-19 : après AstraZeneca, le Danemark renonce au vaccin Johnson & Johnson

Covid-19 : sur les frontières, un exécutif très variant…une évolution en six déclarations

Covid-19 : "S’affranchir d’un débat sur les origines du virus est risqué"

Origine mystérieuse du Covid-19 : "Il ne faut pas oublier tout ce dont la nature est capable"

Covid-19 : des cas de variant indien détectés en France