"Les vieux vont tomber comme des mouches" : à Menton, près de la frontière italienne, le coronavirus est sur toutes les lèvres

Juliette Campion

"On est en train de sombrer dans la psychose, c'est ridicule ! On va se retrouver avec je ne sais pas combien de clients en moins", peste la directrice d'un hôtel de Menton (Alpes-Maritimes). Elle vient d'apprendre, mercredi 26 février, l'annulation de la fête du citron, annoncée en fin d'après-midi par le maire, Jean-Claude Guibal. Une décision prise "à titre préventif" face à la multiplication en Italie de cas de coronavirus. Les festivités, qui ont débuté le 15 février, devaient durer jusqu'au 3 mars, avec deux parades très attendues, jeudi soir et dimanche après-midi.

La nouvelle s'est répandue très vite dans cette ville limitrophe de la Ligurie, région du nord de l'Italie dans laquelle de nouveaux malades ont été recensés. La suspension de cette fête populaire, qui rassemble chaque année 200 000 visiteurs, était redoutée. Mais personne n'y croyait vraiment. "Il ne restait que quatre pauvres jours ! C'est vraiment dur pour les touristes", regrette un commerçant.

"On est arrivés exprès pour la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi