Vieux parisiens sans enfant : le portrait robot du 1% de très riches selon l'Insee

*

Ils ont le “pognon de dingue” : qui sont les riches en France ? Ce mardi 12 mars, l’Insee publie une étude permettant d’esquisser un portrait-robot des plus aisés de l’Hexagone, à partir des données de l’année 2017. Revenu, source de ce dernier, région d’origine, âge, situation familiale : tout, tout, tout, vous saurez tout sur le nanti.

Lire aussi Majordomes aux petits soins, livraison de Ruinart : comment les ultrariches survivent au cauchemar du confinement

On le sait, le monde des riches se divise en deux catégories : les 1%, et les 0,1%. Soit les très riches et les ultra riches, les Picsou et les Super-Picsou. A partir de quand appartient-on à l’une ou l’autre de ces catégories : “Une personne se situe parmi les ‘très hauts revenus’, c'est-à-dire les 1 % les plus aisés de la population, si le revenu initial annuel de son ménage fiscal dépasse 108.670 euros”, explique l’Insee. Soit 9.060 euros mensuel brut pour une personne seule, et 19.020 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans. Quant aux 0,1%, ils correspondent aux ménages dont le revenu initial annuel est supérieur à 268.350 euros. Cela est équivalent à un revenu mensuel - toujours brut - supérieur à 22.360 euros pour une personne seule et à 46.960 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.

Qui sont ces riches ? Ils sont d’abord plutôt âgés : la moitié d'entre eux ont un référent fiscal de plus de 60 ans, contre quatre sur dix pour l'ensemble des ménages. Ils ont également moins d’enfants - “

Lire la suite