Le Vietnam change ses habitudes culinaires

Bun Cha, Boh Bun, Banh Mi, ces classiques de la cuisine de rue sont peu à peu boudés au Vietnam. La raison : une série de scandales alimentaires en partie due au manque d’hygiène. "Maintenant, je préfère aller au restaurant", témoigne Phan Thi Lien. "Ils sont inspectés plus souvent par les services de l’État. C’est plus sûr que la nourriture de rue", explique cette employée de bureau d’Hô Chi Minh-Ville. Le glyphosate interdit Mais ça n’est pas suffisant pour éviter une intoxication. Les pesticides utilisés dans l’agriculture laissent des traces dans les légumes. En juillet, 14 personnes ont été hospitalisées au Vietnam après avoir été empoisonnées par un pâté végétal. Dans un an, le glyphosate sera interdit au Vietnam. Ngo Xuan Quyet ancien vendeur d’insecticides s’est reconverti dans une agriculture raisonnée. En 2019, la Banque mondiale tirait la sonnette d’alarme : l’accumulation de métaux lourds dans les sols et l’eau due aux pesticides joue un rôle important dans le développement de certains cancers.