Vieillissement : le froid pourrait augmenter notre durée de vie

© Ivan Sekretarev/AP/SIPA

Les basses températures semblent augmenter la durée de vie chez plusieurs animaux. Deux études montrent une partie des mécanismes qui s’activent pour permettre cette longévité accrue.

Le froid pourrait-il nous conserver en vie pendant plus longtemps ? On ne parle pas ici de la cryogénisation, où notre corps est congelé à des températures extrêmement basses pour (hypothétiquement) être réveillé des décennies plus tard. Ni des froids hivernaux, qui au contraire ont des conséquences négatives sur notre physiologie et notre espérance de vie. Mais des légères chutes de température qui permettraient au corps de se refroidir très légèrement (autour de 0,5 degré Celsius en moins), et qui ont déjà montré avoir un impact positif pour la longévité chez d’autres espèces (nématode, mouche, poisson… et même certains mammifères tels que les souris).

Certains ont proposé par le passé que cet effet sur la longévité pourrait être dû à un ralentissement du processus de dégradation moléculaire (selon la thermodynamique, la chaleur induit davantage d’entropie, accélérant cette dégradation des molécules au sein de nos cellules). Mais deux études récentes montrent que ce rallongement de la durée de vie ne serait pas une simple conséquence passive de la basse température sur nos molécules. Mais plutôt une réponse active de l’organisme, qui s’adapte à la température en mettant en place des processus qui finissent par protéger le corps et entrainent ainsi une augmentation de la longévité à basse température. Des processus que l’on pourrait peut-être imiter artificiellement pour avoir ces bénéfices sans pour autant avoir froid.

Lire aussiVagues de froid ou de chaleur : quelles sont les conséquences des températures extrêmes sur notre corps ?

Le froid améliore le système de nettoyage cellulaire

La première de ces études a été publiée le 3 avril 2023 dans la revue Nature Aging. Dans celle-ci, des chercheurs de l’Université de Cologne, en Allemagne, ont étudié les effets du froid chez le nématode Caenorhabditis elegans, un ver transparent très utilisé en recherche. Ils ont observé que ces nématodes vivaient plus longtemps lorsque la température baissait de 20 à 15ºC (sachant [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Attention, le froid peut provoquer des crises cardiaques"