Plus vieille peinture rupestre, biodiversité et horloge des bactéries : l’actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 14 janvier 2021 : la plus ancienne peinture rupestre préhistorique trouvée en Indonésie, dix ans pour sauver la biodiversité en France et les bactéries ont elles aussi une horloge circadienne.

L'actualité des sciences du 14 janvier 2021 c'est :

En archéologie :

  • Vieille de plus de 45.000 ans, une représentation de cochon sauvage a été découverte dans une grotte de Sulawesi, en Indonésie.

  • Haute de 54 centimètres pour 1,36 mètre de long, la figure de ce suidé à courtes pattes est représentée avec des excroissances faciales typiques de celles que portent les adultes mâles de l’espèce.

  • Il s'agit peut-être du plus vieil art rupestre du monde.

En nature :

  • La stratégie nationale pour la biodiversité vient d’être publiée par le ministère de la Transition écologique.

  • 30% de la superficie de la France et de l’outre-mer et 30% des aires marines devront être protégés d’ici 2030.

  • Un objectif ambitieux qui devrait susciter beaucoup d’oppositions.

En fondamental :

  • On pensait que les bactéries communes étaient dépourvues d’horloges circadiennes leur permettant d’évaluer le temps.

  • Une équipe internationale montre que ce n’est pas le cas.

  • La plus commune des bactéries, Bacillus subtilis, celle utilisée pour produire des antibiotiques ou pour fabriquer du pain, possède elle aussi une horloge circadienne !

En archéologie :

  • Une tombe d'enfant "exceptionnelle", vieille de 2.000 ans, a été découverte sous l'aéroport de Clermont-Ferrand, à Aulnat (Puy-de-Dôme).

  • Âgé d'environ un an, le jeune défunt a été inhumé au début du 1er siècle dans un cercueil en bois de 80 centimètres de long.

  • Le cercueil a été "révélé par la présence de nombreux clous et d'une plaque de fer ornementale".

En animaux :

  • La population d’hippopotames en Colombie n’a pas cessé d’augmenter depuis son introduction dans les années 1980.

  • Les autorités ne savent comment réagir face aux conséquences écologiques et l’admiration de la population.

  • Une étude a modélisé l’évolution de la population afin de les aider à décider.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi