"Envoyé spécial" a rencontré le vieil homme d'affaires qui jette sa fortune à la mer pour sauver le cap Ferret

France 2

L'œuvre de sa vie, c'est ce rempart à la pointe du cap Ferret (Gironde), qu'il inspecte chaque matin et renforce tous les jours. Depuis trente-deux ans, à coups de tonnes de pierres et de gravats, Benoît Bartherotte défend son terrain contre les assauts de la mer et l'érosion naturelle qui ronge la côte aquitaine. Quitte à jeter littéralement sa fortune à la mer. Extrait du magazine "Envoyé spécial".

Face à l'implacable effondrement du banc de sable qu'est la presqu'île du cap Ferret, en l'absence de réponse de l'Etat, cet amoureux des lieux a trouvé une solution : construire sa propre digue. De 500 mètres de long. Une solution ruineuse, même pour ce richissime homme d'affaires. En 2008, il disait avoir déjà dépensé 5 millions d'euros. Ensuite, la facture a continué à grimper, mais il a arrêté de compter…

Mille camions par an pour l'entretien de la digue

Il y a trente ans, jusqu'à 60 camions par jour déversaient leur chargement. Pour "contrer les 380 millions de mètres cubes d'eau qui arrivaient deux fois par jour au début, explique-t-il en désignant l'océan, il fallait envoyer énormément de poids dessus." Aujourd'hui, pour le simple entretien de cette digue pharaonique, que la mer continue à creuser, ce n'est plus "que" 1 000 camions par an. Pour un coût de 200 000 euros.

Le jour de cette rencontre avec les journalistes d'"Envoyé spécial", c'est presque 25 tonnes de pierres qui s'ajoutent à l'héroïque construction. Ensuite, un autre chargement de briques, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi