La vie pourrait exister sur Mars aujourd’hui sous sa surface

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

En février dernier, Perseverance, le dernier rover de la Nasa, se posait sur le sol de Mars. Avec pour principal objectif : chercher des traces de vie passée sur la planète rouge. Pour les premiers résultats, il faudra encore patienter un peu. Mais sans plus attendre, des chercheurs de l’université Brown (États-Unis) avancent aujourd’hui que des formes de vie microbiennes pourraient toujours exister dans le sous-sol martien.

Ils s’appuient pour cela sur des données du rover Curiosity et d’autres engins spatiaux en orbite autour de Mars et sur une analyse de la composition chimique de météorites martiennes. Des roches arrachées de la surface de la planète rouge et arrivées jusqu’à notre Terre. Et a priori représentatives d’une grande partie de la croûte martienne. Selon les chercheurs, ces roches, mises en contact constant avec de l’eau, seraient capables de produire l’énergie chimique nécessaire à soutenir des communautés microbiennes. Un peu comme cela se produit dans les profondeurs de la Terre.

« Nous ne savons toujours pas s’il y a eu de la vie sous la surface de Mars. Nous disons seulement qui si ça a été le cas, nous pensons qu’il y aurait aussi sur place, suffisamment d’énergie pour la maintenir jusqu’à aujourd’hui », précise Jesse Tarnas, aujourd’hui chercheur au Jet Propulsion Laboratory (États-Unis), dans un communiqué de l’université Brown.

La mine Kidd est une mine souterraine de métaux au Canada. Des microbes « réducteurs de sulfate » y ont été trouvés vivant à plus d’un kilomètre sous terre, dans des eaux qui n’ont pas vu le jour depuis plus d’un milliard d’années. Des chercheurs — ici, Jesse Tarnas, du Jet Propulsion Laboratory (États-Unis) — les ont étudiés pour mieux comprendre ces systèmes souterrains, dans le but de rechercher des habitats similaires sur Mars et ailleurs dans le système solaire. © Université de Toronto
La mine Kidd est une mine souterraine de métaux au Canada. Des microbes « réducteurs de sulfate » y ont été trouvés vivant à plus d’un kilomètre sous terre, dans des eaux qui n’ont pas vu le jour depuis plus d’un milliard d’années. Des chercheurs — ici, Jesse Tarnas, du Jet Propulsion Laboratory (États-Unis) — les ont étudiés pour mieux comprendre ces systèmes souterrains, dans le but de rechercher des habitats similaires sur Mars et ailleurs dans le système solaire. © Université de Toronto

Dans le sous-sol de Mars, les éléments nécessaires à entretenir la vie

Rappelons que sur Terre, où plus exactement, sous terre,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura