La vie est un long fleuve tranquille (TMC) : Les débuts du jeune Benoît Magimel

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En 1987, Benoît Magimel, 12 ans, se présente tout seul au casting organisé par Étienne Chatiliez : "Il est venu de sa propre initiative et son autonomie m’a impressionné. On sentait déjà qu’il avait la graine d’un futur comédien", explique le réalisateur, qui choisit l’apprenti acteur parmi une centaine d’autres garçons pour incarner Momo Groseille. À l’époque, Magimel, qui vit à Paris avec sa mère infirmière et sa sœur, passe souvent ses journées dehors : "Je connais bien la rue et je me sens plus proche des Groseille que des Le Quesnoy", plaisante-t-il lors des essais.

À lire également

Kate Winslet, George Clooney, Blake Lively... ces acteurs ont détesté leur rôle culte (PHOTOS)

Il va vivre les deux mois de tournage en plein été, entre Hénin Beaumont et Bapaume (dans le Pas-de-Calais), comme une parenthèse enchantée : "Nous étions une bande de gamins chahuteurs, comme dans le film, et l’ambiance était géniale." En dehors du plateau, Benoît sympathise avec André Wilms, qui interprète avec brio le père de famille Jean Le Quesnoy : "Il était adorable et m’apprenait à jouer au poker", se souvient Benoît, nostalgique.

La Vie est un long fleuve tranquill... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles