Vie extraterrestre : l'analyse des geysers d'Encelade et Europe s'annonce prometteuse

Laurent Sacco, Journaliste

Malgré les découvertes de plus en plus nombreuses d’exoplanètes potentiellement habitables et le financement à hauteur de 100 millions de dollars en dix ans du programme Seti, à l'écoute des signaux radio venus d'éventuelles civilisations extraterrestres, par le milliardaire Yuri Milner et son projet Breakthrough Initiative, la recherche de formes de vie ailleurs que sur Terre reste de loin la plus prometteuse dans le Système solaire.

Les espoirs portent sur Mars, bien entendu, mais aussi de plus en plus sur les lunes glacées autour de Jupiter et Saturne. En l’occurrence, il s’agit d’Europe et d’Encelade qui, toutes les deux, possèdent des océans globaux sous une banquise d’où s’échappent par moment des geysers. Ces deux lunes subissent également des forces de marée importantes qui doivent les chauffer et produire une activité volcanique, certes moins importante que dans le cas de Io, l’infernale lune de Jupiter, mais qui doit être suffisante pour qu’existent au fond de ces océans des sources chaudes hydrothermales. Sur Terre, elles sont des oasis de vie tirant leur énergie de la chimiosynthèse sans la lumière du Soleil. En outre, il se pourrait bien que la vie soit née sur notre Planète bleue précisément dans les parois de ces sources chaudes de sorte que, si tel a bien été le cas, ce processus aurait pu se reproduire sur Europe et Encelade.


Europe et son océan global sont prometteurs pour l'exobiologie. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Nasa

Des missions sont à l’étude pour aller analyser d’un peu plus près les geysers d’Europe et d’Encelade avec l’espoir de pouvoir y trouver au moins des indications de l’existence d’une chimie prébiotique active et riche dans leurs océans, à défaut de véritables...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura