Une vie extraterrestre détectée en 2017 ? Un physicien d'Harvard persiste et signe

·2 min de lecture

Avi Loeb, directeur du département d'astronomie de l'Université de Harvard, continue de croire qu'Oumuamua, un objet en forme de cigare qui a traversé notre système solaire à toute vitesse, en octobre 2017, est bien le signal d'une vie extraterrestre. 

En 2017, le passage d'un étrange bolide dans notre système solaire mettait les astronomes en émoi, au point que certains y ont vu le signal d'une vie extraterrestre. Une thèse controversée mais qu'un scientifique reconnu, Avi Loeb, défend toujours, dans un essai paru jeudi avec une sortie mondiale. "Si j'ai raison, c'est la plus grande découverte de l'histoire de l'humanité", avertit Avi Loeb, directeur du département d'astronomie de l'Université de Harvard, dans le bandeau publicitaire rouge posé par son éditeur français, Le Seuil.

Dans "Le premier signe d'une vie intelligente extraterrestre", ce spécialiste des trous noirs revient sur la détection d'Oumuamua, un objet en forme de cigare qui a traversé notre système solaire à toute vitesse, en octobre 2017.

A lire :Oumuamua, "Si j'ai raison, c'est l'une des plus grandes découvertes de l'Histoire"

Repéré par le télescope Pan-STARRS1 à Hawaï, Oumuamua - qui signifie "messager" en hawaïen - mesurait 400 mètres de longueur et 40 mètres de largeur. Sa vitesse était si élevée qu'il ne pouvait provenir que d'une étoile distante: c'était le premier objet détecté venant d'un autre système stellaire.

Après avoir été qualifié d'astéroïde, une équipe de l'Agence spatiale européenne avait estimé qu'il s'agissait plus probablement d'une comète éjectée d'un autre système stellaire. Mais l'hypothèse laissa Avi Loeb sur sa faim. Car elle ne permettait pas selon lui d'expliquer l'accélération excessive de la chose, ni le fait qu'elle n'ait dégagé aucune traînée (gaz ou poussières) en passant à proximité du Soleil, ni sa forme insolite.

"Le débat se prolonge faute de preuves tangibles"

Avec un autre chercheur d'Harvard, il signa un article dans la revue Astrophysical Journal Letters,(...)


Lire la suite sur Paris Match