"Sa vie est en danger": l'avocat de Fabien Azoulay, incarcéré en Turquie, témoigne sur BFMTV

Hugues Garnier
·3 min de lecture
Me François Zimeray, avocat de Fabien Azoulay, était l'invité de BFMTV dimanche 11 avril 2021 - BFMTV
Me François Zimeray, avocat de Fabien Azoulay, était l'invité de BFMTV dimanche 11 avril 2021 - BFMTV

Il décrit son client comme "totalement désespéré". Me François Zimeray, avocat de Fabien Azoulay, était l'invité dimanche soir de Week-End Direct sur BFMTV pour revenir sur la situation de ce Français, incarcéré depuis près de quatre ans en Turquie.

Parti en 2017 à Istanbul pour y subir une intervention chirurgicale, Fabien Azoulay a été condamné à 16 ans de prison pour avoir commandé un produit illégal en Turquie: du GBL, une drogue de synthèse souvent utilisée comme excitant sexuel et interdite depuis quelques mois dans le pays.

"Lorsque ce produit a été livré il a été accueilli par la police turque qui l'a arrêté", raconte François Zimeray.

Le Français âgé de 43 ans a été transféré dans une autre prison après avoir été victime d'une tentative de meurtre: il avait été brûlé par un co-détenu depuis condamné.

"Il a pensé plusieurs fois à se suicider"

Détenu désormais à 800km au nord-est d'Istanbul dans une prison difficile d'accès, il partage sa cellule avec huit autres co-détenus selon son avocat.

"Pendant quatre ans les avocats en charge qui se sont battus magnifiquement ont espéré en la justice turque [..] personne ne croyait que ce cauchemar qui aurait pu arriver à tout le monde puisse durer aussi longtemps", explique sur notre antenne Me François Zimeray.

L'avocat et les proches du Français en sont alors venus au constat que "sans une moblisation de l'opinion et une mobilisation plus générale de nos autorités, il risquait de finir ses jours en prison".

"Il est totalement désespéré, il a pensé plusieurs fois à se suicider et que sa vie est tout simplement en danger en prison", poursuit Me François Zimeray.

Victimes de torture de la part de ses co-détenus

Selon ses proches, Fabien Azoulay qui est de confession juive confié à plusieurs reprises subir des scènes de conversion et de prière forcée à l'islam. Il serait également victimes de violence de la part de certains détenus en raison de sa foi mais également de son orientation sexuelle.

Aucune des procédures menées pour le transférer n'a abouti jusqu'à présent. Une situation incompréhensible pour son avocat et sa famille qui ne demande "ni la grâce, ni un appel puisqu'il a été condamné en dernier ressort, mais nous demandons simplement à ce qu'il puisse exercer sa peine en France".

Le Quai d'Orsay "en contact régulier avec les autorités turques"

Le ministère des Affaires étrangères indique ce dimanche soir que ses services consulaires sont "en contact régulier avec les autorités turques pour s'enquérir de l'évolution de sa demande de transfèrement en France".

Pour Me François Zimeray, "c'est aux autorités turques de montrer qu'elles sont réceptives à ce message, qu'elles nous écoutent".

"Il ne faut pas que cette personne fasse les frais d'une relations dégradée entre les États", ajoute l'avocat qui espère que le désir côté turc de dépasser les difficultés dans cette relation se traduira par "un geste humanitaire qui est très attendu".

Article original publié sur BFMTV.com