"La vie aquatique", "Lost in Translation" : Bill Murray, le cinéma américain comme on l’aime

·1 min de lecture

Arte diffuse ce mercredi “La vie aquatique”, de Wes Anderson, une comédie inclassable où le non moins inclassable Bill Murray incarne une sorte de double neurasthénique du Commandant Cousteau. L’occasion de revenir sur la carrière et le talent d’un acteur qui ne fait rien comme personne.

Il se nomme Steve Zissou, obéit à ses humeurs mélancoliques et arbore un bonnet rouge grotesque qui lui donne des faux airs de Droopy déguisé en père Noël… Embarqué dans une aventure improbable avec quelques acolytes (dont son prétendu fils et son ex-compagne), Steve Zissou part à la recherche d’un énigmatique " requin-jaguar " suspecté d’avoir tué son meilleur ami en haute mer lors du tournage d’un documentaire.Avec Wes Anderson, le cinéaste américain inclassable, la fantaisie délirante et la poésie imprévisible sont (presque) toujours au rendez-vous. Dans La vie aquatique, un film sorti sur les écrans en 2005 et diffusé ce mercredi sur Arte, le cinéaste de La famille Tenenbaum et The Grand Budapest Hotel se déchaine en mettant en scène les pérégrinations maritimes du dénommé Steve Zissou, une sorte de double cocasse du Commandant Cousteau. Dans la peau de ce dernier, un acteur qui plébiscite les partitions singulières : Bill Murray. Le comédien, qui a fêté ses 70 ans l’an passé, est un fidèle des cinéastes américains qui, loin de Hollywood, préfèrent emprunter les chemins de traverse plutôt qu’arpenter les autoroutes où le formatage impose ses tristes lois. En tête de liste :...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?