VIDEOS. Présidentielle : cinq séquences qu'il ne fallait pas rater dans "L'Emission politique" avec Emmanuel Macron

franceinfo

Un peu plus de deux heures pour convaincre les Français. A dix-sept jours du premier tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron était l'invité de "L'Emission politique", jeudi 6 avril sur France 2. Franceinfo a compilé cinq séquences qu'il ne fallait pas rater.

Quand il a affirmé qu'il "ne gouvernerait pas avec ceux qui ont gouverné"

C'est une phrase qui aura une résonnance particulière pour ceux qui se verraient déjà dans un ministère en cas de victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle. Face à Léa Salamé, le candidat d'En marche ! a réaffirmé sa volonté d'injecter du neuf au pouvoir. "Je ne gouvernerai pas avec ceux qui ont gouverné", a promis l'ancien ministre de l'Economie.

Questionné sur son futur gouvernement, Emmanuel Macron a écarté l'idée de faire appel à des "poids lourds" du "passé". Et s'il n'écarte pas "une ou deux individualités", le candidat assure que "pour la très large majorité, ce ne sera pas des politiques qui ont été aux affaires". "Je veux faire venir des gens de la société civile dans la vie politique, dit-il. Et je veux rassembler le centre, le centre droit, les gaullistes sociaux, la droite européenne."


Quand il s'est expliqué sur son train de vie

"Je ne suis pas quelqu'un qui aime l'argent, sinon, je n'aurais pas quitté le secteur privé." Interrogé par David Pujadas sur son train de vie, l'ancien ministre de l'Economie s'est défendu en affirmant "avoir très bien gagné [sa] vie dans le secteur privé", lorsqu'il travaillait comme banquier d'affaires pour la banque Rotschild. "J'ai payé beaucoup d'impôts, et c'est très bien ainsi."

"La transparence, ce n'est pas le voyeurisme", a-t-il ensuite ajouté, refusant de détailler la manière dont il a dépensé les sommes importantes qu'il a touchées lorsqu'il (...) Lire la suite sur Francetv info

Soutien d'élus PS à Emmanuel Macron : Jean-Christophe Cambadélis saisit la Commission des conflits
VIDEO. Frappe en Syrie : la "réponse" américaine "doit être poursuivie au niveau international", affirme Hollande
Les 4 Vérités - Marine Le Pen : "Je vais gagner cette présidentielle"
François Fillon enfariné à Strasbourg : l'agresseur fiché "S" mais pas pour des activités liées au terrorisme
La frappe américaine en Syrie "ne doit pas conduire à une confrontation", "ce serait un danger pour la paix", selon Fillon

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages