VIDEOS. Municipales 2020 : d'EELV au RN, des responsables de partis appellent au report du second tour à cause de l'épidémie

Le second tour sera-t-il maintenu ? Après les annonces des résultats du premier tour des élections municipales, marqué par un taux d'abstention historique dû à l'épidémie de coronavirus, plusieurs responsables politiques ont appelé, dimanche 15 mars, à reporter le second tour du scrutin, qui doit avoir lieu le 22 mars. >> Résultats, réactions... Suivez la soirée du premier tour des municipales en direct sur franceinfo C'est notamment le cas de Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national. "Maintenir ces élections municipales est un choix incompréhensible pour nos compatriotes, a-t-elle affirmé, peu après les résultats. Le second tour n'aura manifestement pas lieu, compte tenu de l'aggravation prévisible de l'épidémie." Un appel solennel à Emmanuel Macron Lors de ce premier tour, l'abstention a atteint le niveau historique de 54,5% en raison de la pandémie de coronavirus. Depuis le début de la Ve République, le record (pour un premier tour) était jusque-là de 36,45% d'abstention. Un score obtenu lors des dernières élections, en 2014. Cet appel à l'annulation du second tour a aussi été lancé par plusieurs autres responsables de partis politiques, dont Yannick Jadot. "J'appelle solennellement le président de la République (...) à organiser avec les forces politiques le report du second tour", a affirmé le patron d'EELV.Les chefs de partis convoqués par Edouard Philippe Du côté des Républicains, plusieurs ténors ont lancé des appels en ce sens. Le président du groupe LR à l'Assemblée nationale, Damien Abad, a jugé "plus prudent", dans un communiqué, le report du second tour. "On est dans un temps où le sanitaire l'emporte. Je pense qu'il faudra repousser les élections", a déclaré sur le plateau de TF1 le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, appelant le Premier ministre, Edouard Philippe, à convoquer une réunion "dès demain" avec "les présidents de partis, les chefs des groupes parlementaires du Sénat et de l'Assemblée nationale" afin de discuter d'un éventuel ajournement. Une demande acceptée par Edouard Philippe. "Je réunirai à nouveau le conseil scientifique en début de semaine et je consulterai les responsables des partis politiques", a affirmé le Premier ministre, qui est aussi candidat à la mairie du Havre.