VIDEOS. Mort de Bertrand Tavernier : huit films inoubliables du grand cinéaste

Jacky Bornet
·1 min de lecture

Bertrand Tavernier, disparu ce jeudi 25 mars à l'âge de 79 ans, est emblématique d’une "qualité française", entre films d’auteur et populaires. Il aimerait sans doute ce rapprochement, lui, admirateur du scénariste Jean Auranche, de Duvidirectvier, de Renoir, et du cinéma américain.

>> Suivez le direct après la mort de Bertrand Tavernier

Flash-back sur huit films majeurs d'un cinéaste incontournable et passionné du cinéma français.

"L’Horloger de Saint-Paul"

Premier long métrage en 1974, L’Horloger de Saint-Paul, est aussi la première collaboration de Bertrand Tavernier avec Philippe Noiret qu’il retrouvera souvent. Adapté de Simenon, ce premier film est un hommage à sa ville natale de Lyon, et des frères Lumière. Il la filme avec amour, dans un polar où un père apprend que son fils absent depuis des lustres a assassiné un homme. Atmosphère, atmosphère…

"Que la fête commence"

Tavernier retrouve Noiret en 1975 et l’accompagne de Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle et Marina Vlady, dans une reconstitution historique de la Régence, (1715-20). "Les petits soupers" de Philippe, duc D’Orléans, et du Cardinal Dubois, sont restés dans l’histoire. Quand un hobereau de province réclame l’assainissement des marais de la Dombes, le fâcheux perturbe par trop leurs agapes. Irrésistible.

"Le juge et l’assassin"

Coup de génie de Bertrand Tavernier en 1976, quand il donne à Michel Galabru, étiqueté acteur de comédies, un contre-emploi dans le rôle du tueur en série Joseph Vacher (1869-1898), (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi