Mgr Barbarin : “parfois, l’usage de la force n’est pas contraire à la paix”

Envoyer des troupes terrestres contre les jihadistes est-elle la clé pour imposer la paix en Irak ? Pour le cardinal Philippe Barbarin, qui recevait jeudi soir à Lyon Louis Raphael Sako, le patriarche des Chaldéens, chrétiens d’Irak, la voie de la force n’est pas à écarter. “Pour qu’il y ait la paix et que chacun puisse rester chez soi, parfois, il fait vraiment repousser avec beaucoup de forces la violence. Donc l’usage de la force n’est pas contraire à la paix. Je me rappelle d’une phrase quand il y avait les troubles dans les Balkans, à Srebrenica et des massacres de Jean-Paul II disant : “parfois, le pacifisme fait le travail contraire à la paix, il accroît encore la violence et l’oppression”. Donc l’utilisation de la force a un seul objectif qui est de remettre un pays dans la paix”. Depuis des mois, le patriarche des Chaldéens Louis Raphael Sako, qui est l’un des candidats au prix Sakharov 2014, a multiplié les cris d’alerte sur la brutalité des jihadistes. “Aujourd’hui, avec ces militants-là, il n’y a qu’une force militaire qui peut les chasser. (…) Je crois qu’il faut des troupes terrestres avec l’aide ou la collaboration de l’armée irakienne et de l’armée kurde”. À l’initiative du cardinal Barbarin qui souhaite “offrir prières et aides” aux Irakiens, le diocèse de Lyon a été jumelé avec celui de Mossoul, deuxième ville d’Irak, dont les jihadistes se sont emparés en juin.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles