VIDEO Les Z’amours : le geste inattendu de Bruno Guillon qui a rendu jaloux le compagnon d’une candidate

C’est souvent très très chaud sur le plateau des Z’amours. Notamment quand les candidats et candidates racontent leurs histoires les plus coquines. Dernièrement, Patrick révélait à Bruno Guillon qu’il avait eu près de 200 conquêtes (ce que sa compagne ne soupçonnait pas), Rudy faisait des confidences (plutôt gênantes) sur sa libido débordante, tandis que Clément dévoilait une anecdote sexy sur sa compagne Amélie, pour le moins embarrassée par les propos de son compagnon. Pourtant, ce vendredi 29 novembre, l’une des candidates a refroidi l’atmosphère, en révélant qu’elle avait très froid sur le plateau de tournage. Il n’en fallait pas plus à Bruno Guillon pour qu’il se charge de la réchauffer…

Bruno Guillon se déshabille pour une candidate

L’animateur a posé la question suivante : « Si vous deviez laisser à la postérité un objet qui vous représente, ce serait lequel ? », Joëlle n’a pas hésité à déclarer : « Mon coussin chauffant, parce que je suis très frileuse. D’ailleurs, je me les pèle. J’essaye de le cacher mais j’ai tout le temps froid. » Ni une ni deux, Bruno Guillon a enlevé sa veste pour la donner à la jeune femme, sous les applaudissements et les sifflets du public. « Il est là le chevalier blanc », a taquiné Pascal, la voix-off.

Joëlle, elle, a continué son anecdote : « D’ailleurs, le soir, dans le lit, je ne suis pas très glamour, parce que j’ai des combinaisons lapin en laine polaire. » De quoi inspirer une blague à Bruno Guillon : « N’insistez pas, je n’enlèverai pas

Retrouvez cet article sur Voici

PHOTO Alice Detollenaere sexy en bikini, elle pose pour son chéri Camille Lacourt
Jean-Luc Reichmann : ce tacle d'une fidèle des 12 coups de midi auquel il ne s'attendait pas
Laeticia Hallyday trop dépensière ? Son ancien agent artistique décrit son « incroyable » vie de luxe
Roman Polanski annule de façon étonnante une rencontre avec des étudiants
Emmanuel Macron : pourquoi il a manqué de peu de se faire frapper lors d'une visite officielle