VIDEO. Vendée Globe : Jean Le Cam dénonce le "n'importe quoi" de "l'escalade budgétaire"

"Aujourd'hui, ça devient n'importe quoi. Ça devient complètement inaccessible." Après son arrivée nocturne aux Sables-d'Olonne (Vendée) jeudi 28 janvier, le skipper Jean Le Cam s'est exprimé lors d'une conférence de presse. Il a pointé du doigt "une escalade budgétaire" du Vendée Globe et les importantes différences de moyens entre les participants. "Ça devient n'importe quoi quand on parle de bateaux à 6 ou 7 millions d'euros. Ou une multinationale t'a tiré au sort et tu peux participer, ou tu restes sur la touche", a-t-il asséné, selon des propos rapportés par Ouest France. Le doyen de la course retient de cette édition une victoire : "J'ai eu des témoignages de jeunes qui voulaient faire le Vendée Globe et pour qui cette course était devenue tellement inaccessible. J'ai donné aux jeunes générations" la preuve "qu'ils peuvent faire le Vendée Globe même avec des moyens limités et ça, je pense que c'est essentiel", raconte-il. Des difficultés rencontrées pendant la course "J'ai connu pas mal de trucs assez difficiles dans ma vie, mais là j'ai connu l'insoutenable. Et en fait, l'insoutenable, on y arrive", a également expliqué Jean Le Cam, blessé à une côte et inquiet pour son bateau endommagé. "Que je sois là aujourd'hui, c'est un miracle", a-t-il ajouté. Il a coupé la ligne en 8e position, mais a finalement été classé 4e grâce à la compensation de seize heures et quinze minutes qu'il a reçue pour avoir sauvé le 1er décembre Kevin Escoffier, naufragé après que son bateau se soit brisé en deux.