VIDEO - Valérie Trierweiler blessée : ces courriers qui lui ont fait du mal à l'Elysée

·1 min de lecture

C'est une page de sa vie que Valérie Trierweiler commente avec douleur. Le 6 mai 2012, François Hollande, son compagnon depuis le milieu des années 2000, est élu président de la République. Leur quotidien s'en trouve bouleversé. Sur la place de la Bastille, alors que le nouveau chef de l'Etat salue la foule, la journaliste de Paris Match sommera son compagnon de l'embrasser. Les débuts de celle qui souhaitait juste être rassurée commencent mal. Les images très commentées, ne sont pas vues d'un bon oeil, la nouvelle Première dame encore moins.

A l'Elysée, la journaliste qui prend ses quartiers après avoir été chaleureusement accueillie par Carla Bruni va recevoir de nombreuses lettres. Blessantes. Douloureuses. "En arrivant à l'Elysée le courrier est arrivé très rapidement sur le même thème, me reprochant de ne pas être mariée" confie Valérie Trierweiler dans le documentaire Elysée, neuf femmes aux marches du pouvoir rediffusé le 5 février dernier sur LCP, "on me faisait sentir aussi que j'avais pris la place de quelqu'un d'autre, de Ségolène Royal, et que sans doute je n'aurais pas dû être là, moi."

Des lettres, des mots, qui blessent la compagne de François Hollande. En juin 2012, un tweet contre Ségolène Royal causera sa perte. Aux législatives, elle adresse ses encouragements au dissident socialiste Olivier Falorni, rival de l'ancienne compagne de François Hollande à La Rochelle. Valérie Trierweiler attend un soutien de François Hollande qui ne viendra pas. Devenue très impopulaire, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "J'ai fait tout ce que voulait la Reine" : Carla Bruni-Sarkozy s'amuse du protocole
PHOTOS - Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam, Meghan Markle et Harry, Beatrice Borromeo et Pierre Casiraghi... Les plus beaux couples du gotha
VIDEO - Najat Vallaud-Belkacem, une ministre "jugée" et "scrutée" : "On attend que vous trébuchiez"
"Ingrate", "difficile"... Katherine Heigl : sa mauvaise réputation lui colle à la peau
"Je n'arrivais plus à gérer" : Brigitte Macron, ce déclic après la naissance de son 3e enfant