VIDEO. Ces vêtements transforment le dioxyde de carbone en oxygène

Roya Aghighi veut que les gens considèrent leurs vêtements comme des êtres vivants qui pourraient même lutter contre la pollution. Pour Roya, la Biogarmentary est la réponse à la fast fashion. Elle a donc créé un prototype de tissu qui réalise la photosynthèse à l'image d'une plante. Les vêtements sont vivants et peuvent ainsi transformer le dioxyde de carbone en oxygène. "Je viens de Téhéran où la pollution de l'air atteint la plupart du temps des niveaux dangereux, on sent le goût de l'air dans la gorge. Je voulais faire quelque chose pour tout ça. Et j'ai commencé à réfléchir à ce qui se passerait si les vêtements étaient vivants et s'ils pouvaient faire de la photosynthèse", explique-t-elle. Avant la pandémie, Roya Aghighi travaillait avec des scientifiques de l'université de Colombie britannique au Canada pour donner vie à sa vision. La mode est l'une des industries les plus polluantes au monde. En produisant 20 % des eaux usées du monde et 10 % des émissions mondiales de carbone, la mode pollue plus que tous les vols et transports maritimes internationaux réunis. "Mon objectif n'était pas nécessairement de fabriquer en masse ce type de matériau pour le monde entier. Je voulais que ce soit un projet de paix qui puisse servir de voie à d'autres designers pour façonner de nouvelles réalités et explorer d'autres manières et d'autres modes d'être et de penser", conclut-elle.