VIDEO Véronique toujours en contact avec Davina ? Elles ont pris des chemins radicalement opposés

·1 min de lecture

Dans les années 80, les Français avaient pris goût à l'aérobic grâce à un duo mythique de la télévision. En effet à l'époque, Véronique et Davina présentaient chaque dimanche matin leur mythique Gym Tonic. Un concept qui a séduit les anonymes, comme les célébrités ! L'humoriste Muriel Robin, l'acteur Sim ou encore l'homme d'affaires Bernard Tapie : les célébrités se sont bousculées au portes du plus célèbre cours de gym de France. Une époque dorée sur laquelle s'est confiée Véronique de Villèle, plus de vingt ans plus tard, dans le documentaire Les duos mythiques de la télévision, diffusé sur France 3 ce vendredi 5 février. Face caméra, elle a révélé comment s'était formé ce duo qui a tant marqué le petit écran.

Au début des années 1990, Véronique de Villèle, qui était déjà danseuse de haut niveau, cherchait un cours de danse sur Paris. France Gall, dont elle était alors très proche, lui avait conseillé une professeure "très stricte" dont elle vantait les mérites, et qui n'était autre que Davina Delor. C'est ainsi que se sont rencontrées les deux jeunes femmes, qui ont par la suite donné des cours de gym ensemble. Si leur petite entreprise a débuté dans un sous-sol au Trocadéro, leur méthode moderne a rapidement séduit les foules, au point qu'elles ont finalement été sollicitées par la télévision. La suite, tout le monde la connaît.

Désormais retirée de la vie médiatique, Véronique de Villèle n'a pas abandonné sa passion pour la danse, elle qui donne encore des cours quotidiennement. (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO Guy Lux violent envers ses assistantes : Sophie Darel raconte une scène choquante
Stars à nu : Cyril Féraud félicite les candidats, Christophe Beaugrand le met en garde
Ninja Warrior : Acrobate94, accusé par sa compagne de viol et violences conjugales, en détention provisoire
PHOTO Maëva Ghennam montre ses fesses pulpeuses en bikini, Marine El Himer la tacle
L'amour est dans le pré : Karine Le Marchand défend les agriculteurs « considérés comme des ploucs arriérés »