VIDEO. Tunnel de Toulon : sous une belle histoire de transition énergétique, une sale affaire de déblais

Dans le massif classé de la Sainte-Baume, c'est une trace spectaculaire de la construction du tunnel de Toulon, lancée dans les années 1990 pour désengorger le centre-ville. Un vaste plateau recouvert par un champ de panneaux solaires, et formé de... 312 000 tonnes de déblais. En deux ans à peine, une parcelle de 22 hectares a été défigurée. La justice a pourtant été clémente avec les propriétaires, "condamnés à 5 000 ou 6 000 euros d'amende, des sommes ridicules compte tenu des masses d'argent qui ont transité ici". C'est ce qu'explique Robert Durand, un géologue à la retraite. Plus de 600 000 tonnes de déchets dans la nature Selon la loi, une entreprise de BTP doit déposer ses déblais en déchetterie professionnelle ou dans des décharges spécialisées, ce qui lui coûte environ 250 euros par camion. En s'en débarrassant illégalement pour bien moins cher, elle fait de belles économies... et la fortune du particulier avec lequel elle traite. Contacté, le propriétaire de la parcelle affirme avoir touché "200 000 euros environ". Il détaille la façon dont se passaient ces dépôts illégaux : "Moi, mes salariés avaient une souche que le chauffeur remplissait en disant 'tel numéro de camion, combien de tonnes'. J'avais un bon pour lui, un bon pour le chauffeur, un bon pour le donneur d'ordre qui était Bouygues, au final. Il y en avait trois ou quatre feuillets, et chacun en avait un. Tout le monde le savait !" Des multinationales du BTP à la manœuvre La préfecture a fini par intervenir, et le groupe Bouygues affirme que "ses équipes se sont immédiatement tournées vers des sites dont la gestion était totalement conforme à la législation". Aucune poursuite n'a été engagée contre les entreprises du groupement chargé de la construction du tunnel de Toulon. En 2011, les déblais irréguliers de cet énorme chantier ont pourtant été dénoncés par le préfet, dans un courrier au président de la région PACA. Selon ce courrier, au moins trois sites non autorisés auraient été destinataires de ces tonnes de gravats entre 2007 et 2009 dans l'arrière-pays provençal. En tout, ce sont plus de 600 000 tonnes de déchets du tunnel de Toulon qui ont atterri dans la nature varoise. Le propriétaire qui a stocké les déblais de Bouygues était tenu par la justice de remettre son terrain en état. Au lieu de cela, il l'a revendu... au groupe Lafarge. Depuis, le leader mondial du béton l'a tapissé de panneaux photovoltaïques en 2016... en partenariat avec Engie, le numéro un français de l'énergie solaire. Une belle histoire de transition énergétique... Extrait de "Décharges illégales, un scandale français", un document à voir dans "Complément d'enquête" le 25 mars 2021. > Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".