VIDEO. Des robots-poissons capables de nager en banc

·2 min de lecture

À Harvard, aux États-Unis, une équipe a mis au point sept robots sous-marins capables se repérer les uns par rapports aux autres pour nager en banc. Ils n’utilisent ni Wi-Fi ni GPS.

Créer des essaims de drones ou de robots est déjà complexe. Mais sous l’eau, encore plus, puisqu’en raison de l’environnement, il ne faut pas compter sur les transmissions radio et le GPS pour guider les machines et leur permettre de se positionner. Pourtant, trois chercheurs de l’université Harvard (États-Unis), spécialistes en ingénierie et en biomimétisme, ont réussi à faire se synchroniser, dans un bassin de 90 cm de profondeur, sept robots-poissons.

Les machines, dont la forme s’inspire du , ont été capables non seulement de nager en banc mais aussi de se disperser en vertu de certains critères avant de se rassembler et de nager de concert en décrivant un cercle. Le tout sans Wi-Fi, sans Bluetooth et sans géolocalisation. L’équipe s’en est remis à des caméras embarquées dans les robots, pour que ceux-ci se positionnent automatiquement en fonction de ce qu’ils voient du comportement de leurs congénères. Une reproduction, en somme, de ce qui se passe dans la nature. Le projet est détaillé dans un article paru dans du mois de janvier 2021.

Appelés Bluebot, ces robots sont dotés de quatre nageoires chacun et de deux caméras 3D à 195°, placées l’une et l’autre à l’endroit des yeux (il ne reste qu’un angle mort de 5° dans le dos du robot, au niveau de la nageoire caudale). Ils doivent leur nom (robot bleu) à trois LED bleues fixées sur leur dos et leur ventre. Sous l’eau, les caméras des uns captent les lumières des autres Bluebots. La taille des lueurs dans le champ de vision d’un robot donne une indication de la distance à laquelle se situent les LED, et comme chaque machine en a plusieurs, un algorithme embarqué peut calculer leur position angulaire.

Pas de robot leader

Un Bluebot peut “voir” jusqu’à 5 m autour de lui. Il reste toutefois quelques limites. Outre l’angle mort de 5°, un robot ne peut par exemple pas en détecter un qui serait masqué par un troisième.

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi