VIDEO Ce qu’a vraiment dit Mauricette, première vaccinée contre la Covid-19, lors de son injection

·1 min de lecture

Ce dimanche 27 décembre, un moment historique a eu lieu à l’unité de soins de longue durée de l’hôpital René-Muret, à Sevran en Seine-Saint-Denis. Mauricette, une pensionnaire de 78 ans, a été la première Française à recevoir le vaccin Pfizer/BioNTech contre la Covid-19. La séquence a été filmée par un « pool », une toute petite équipe de journalistes, avant d’être diffusée plus largement dans la plupart des médias. Et en écoutant Mauricette, certains internautes ont cru entendre qu’elle ne savait pas qu’elle allait se faire vacciner. Au début de la vidéo, le chef de service de l’hôpital explique à la retraitée qu’elle va devoir sortir son bras. « On va dégrafer », lui lance-t-il en lui faisant signe d’enlever la manche de son gilet. « Ah il faut enlever ça », répond alors Mauricette, tout en s’exécutant. Elle regarde ensuite dans la direction de l’infirmière, alors en train de préparer les compresses et la seringue, et ajoute : « Ah, faut faire avec ça. » Une réponse qui a été entendue autrement par certains anti-vaccin. Selon eux, elle aurait dit : « Ah, faut faire un vaccin. »

Pour les anti-vaccin, cette vidéo serait la preuve que Mauricette a été manipulée et qu’elle ne savait pas qu’elle allait recevoir le vaccin contre la Covid-19. Une rumeur infondée qui a été balayée par de nombreux internautes, dont l’animateur Christoophe Beaugrand : « Pour que les choses soient claires, face aux nouvelles fake news qui pullulent sur la toile, Mauricette ne dit pas “Ah faut faire un vaccin (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Michel Drucker opéré du coeur : sa nièce Léa Drucker donne de ses nouvelles
Nicolas Bedos se moque du gouvernement après la menace d'une troisième vague de Covid-19
PHOTO Jean-Pierre Pernaut : sa fille Lou poste un adorable cliché de leur « Noël en famille »
Geneviève de Fontenay : sa petite-fille Adèle victime d'une fake news, elle monte au créneau
Isabelle et Patrick Balkany inquiets : leur grosse frayeur au lendemain de Noël