VIDEO. Précarité menstruelle : "Ce serait bien que le gouvernement prenne exemple sur l'Écosse"

Le gouvernement a annoncé allouer 5 millions d'euros pour lutter contre la précarité menstruelle en 2021, soit 4 millions d'euros supplémentaires. Ce budget servira à développer les mesures mises en place en 2020 comme la gratuité des protections périodiques pour les femmes en prison, pour les femmes en situation de précarité et dans les collèges et lycées en éducation prioritaire. Si les associations se réjouissent de cette avancée, elles restent néanmoins vigilantes. "On a vraiment envie que ce soit une mise en application efficace et pas seulement une mise en application superficielle qui est juste là pour faire bonne figure", estime Fayrouz Lamotte, membre du collectif Georgette Sand. Aussi, celle-ci demande davantage de transparence sur la composition des produits. Un train de retard ? Enfin, le collectif appelle le gouvernement à prendre exemple sur l'Écosse. En effet, les députés écossais ont voté à l'unanimité pour un accès gratuit aux protections périodiques pour toutes les femmes. "On attend depuis plus de 5 ans que des dispositions soient mises en application, qu'il y ait des changements, des changements dans la mentalité, dans les mœurs et autres", souligne Fayrouz Lamotte. En 2018, Agnès Buzyn s'était engagée à trouver un dispositif pour améliorer "la disponibilité" des protections hygiéniques pour les femmes en situation de précarité. Mais c'est en 2019 que le gouvernement s'est attaqué à ce sujet. En France, 1,7 million de femmes sont victimes de précarité menstruelle.