VIDEO. Pologne : comment un artiste dénonce les zones déclarées "libres de l'idéologie LGBT" par une centaine de municipalités et de collectivités

La campagne d’homophobie qui se développe en Pologne va culminer quand une centaine de municipalités et de collectivités se déclare "zones libres de l’idéologie LGBT". Une initiative qui institutionnalise l’exclusion des personnes stigmatisées. L’artiste Bartosz Staszewski décide alors de dénoncer cette infamie et même bien au-delà du pays. A l’entrée des villes ouvertement anti-LGBT, il installe un panneau qu’il a fabriqué pour rendre publique la politique menée dans ces lieux : "Je suis avec la pancarte 'LGBT-Free Zone' dans le district de Lubaczow. Je pose la pancarte [sous le panneau indicateur du nom de la ville] et je vais faire la photo", explique-t-il au magazine "Nous, les Européens" (replay). Début 2020, l’artiste publie ses photos sur l’Internet… et cela fait le buzz. Montrer qu'il y a juste des femmes et des hommes Une violente campagne de presse est alors orchestrée contre lui par les nombreux médias proches du pouvoir polonais : "Vous avez des journaux de droite qui présentent la communauté LGBT comme une menace pour la nation polonaise. Là, il y en a un qui me présente comme quelqu’un propageant des mensonges contre la Pologne. Certains affirment même que j’ai été payé pour ça. C’est de la folie." Le lanceur d’alerte et activiste devient alors une cible… Le Premier ministre Mateusz Morawiecki va même jusqu’à l’accuser de désinformation lors d’une conférence de presse. Bartosz Staszewski se bat en photographiant des membres de la communauté LGBT afin de montrer que derrière ce que le pouvoir appelle "l’idéologie LGBT", il y a juste des femmes et des hommes dont certain-e-s hésitent aujourd’hui à afficher leur homosexualité en plein jour. > Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".