VIDEO Pierre Ménès a oublié d'avoir soulevé la jupe de Marie Portolano et explique pourquoi

·1 min de lecture

C'est le documentaire choc de Canal +. Ce dimanche 21 mars, la chaîne cryptée a diffusé Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste dans lequel Marie Portolano dénonce le sexisme ou encore le harcèlement dans le milieu du journalisme sportif. La journaliste est notamment revenue sur une séquence au cours de laquelle Pierre Ménès lui a soulevé la jupe pour lui attraper les fesses. Une agression et un geste inacceptable pour lequel il a été interrogé par l'ex-chroniqueuse du Canal Football Club. Seulement voilà, son intervention dans le documentaire a été coupée au montage, la parole n'étant donnée qu'à des femmes. Ce lundi 22 mars, Cyril Hanouna a finalement décidé de diffuser la séquence dans son intégralité dans Touche pas à mon poste afin que Pierre Ménès s'explique.

C'est très gêné et accablé que Pierre Ménès a tenté de se défendre. Le consultant sportif, qui se dit attaqué et insulté sur les réseaux sociaux, a assuré qu'il ne se rappelait même plus avoir soulevé la jupe de Marie Portolano. "Lorsque Marie m'assène cette histoire de jupe, je suis estomaqué. Je ne m'en rappelle plus ! Mais maintenant, je sais pourquoi je ne m'en rappelle plus", a-t-il assuré à Cyril Hanouna. Et Pierre Ménès a expliqué son gros trou de mémoire en évoquant son état de santé.

"Les faits remontent au 28 août 2016. Il se trouve que ç'a été ma dernière émission avant que je tombe malade et que je disparaisse des écrans pendant 7 mois. Donc je pense que ce soir-là, je n'étais pas dans mon état (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO Pierre Ménès : « la seule con*erie » qu'il regrette avoir dite lors de son échange avec Marie Portolano
VIDEO Je ne suis pas une salope : la scène coupée avec Pierre Ménès diffusée dans TPMP
VIDEO "C'est horrible pour moi" : Pierre Ménès accusé d'agression sexuelle s'exprime
VIDEO N'oubliez pas les paroles : cette grosse mise au point de Nagui à sa maestro
Affaire Clémentine Sarlat : cette blague sexiste qui n'a pas du tout fait rire la journaliste