VIDEO Pierre Ménès accusé d'agression sexuelle sur Marie Portolano : la réaction de Marlène Schiappa

·1 min de lecture

Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste, c'est le titre du documentaire diffusé sur Canal+, dimanche 21 mars, sur les remarques sexistes, le harcèlement et les agressions subies par les femmes dans le milieu du journalisme sportif. Documentaire choc avec de nombreux témoignages de femmes journalistes sur leurs conditions de travail dans un milieu misogyne. Marie Portolano, présentatrice du Canal Sports Club jusqu'au 6 mars dernier, est à l'origine du reportage. Car elle aurait elle-même été victime de ces violences. Selon le journal Les Jours, en 2016, Pierre Ménès aurait soulevé la robe de Marie Portolano et aurait empoigné ses fesses, sur le plateau du Canal Football Club, hors antenne. Un geste qui est, selon la loi, une agression sexuelle, comme l'a rappelé le ministère de l'intérieur, lundi 22 mars, sur Twitter. "Embrasser quelqu'un de force/par surprise, lui "attraper les fesses"… Sur un plateau TV, dans les transports, au travail, quel que soit le contexte, il s'agit d'une agression sexuelle punie par la loi", a-t-on pu lire sur le réseau social. Sur BFM TV, lundi 22 mars, Marlène Schiappa a expliqué que le tweet du ministère avait "vocation à rappeler ce qu'est la loi".

"On a vu des gens commenter : "C'est un baiser", "C'est une blague", "Ce n'est pas très grave", etc, dont il nous est apparu fondamental de rappeler la loi", a-t-elle expliqué, ajoutant : "Il y a une peine qui peut aller jusqu'à 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende. Nous parlons de choses (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO Elisa Meliani dévoile ses courbes de rêve en bikini, les internautes s’enflamment
Orlando Bloom : sa surprenante confession sur sa vie sexuelle avec Katy Perry
Camille Lou se confie sur les "moments très difficiles" après sa rupture avec le danseur Gabriele Beddoni
Les 12 coups de midi : ce séjour étonnant que souhaite effectuer Bruno avec ses gains
VIDEO Clémentine Sarlat dans C à vous : ce détail qui a gâché son intervention sur France 5