VIDEO Olivier Véran : son mea culpa au sujet des hôpitaux

En première ligne. Depuis qu'il a été nommé ministre de la Santé, en février dernier, Olivier Véran n'a pas le droit au repos. Si l'épidémie était déjà présente au moment de sa nomination, le ministre était sans doute loin de se douter qu'elle deviendrait la question première, à l'échelle mondiale. Alors, depuis, charge au neurologue de faire des choix, sur les tests, comme sur le port du masque, ou le confinement. L'épidémie de coronavirus a aussi, une nouvelle fois, mis en lumière les conditions de travail très difficile du personnel hospitalier, sous-payé et en manque de moyens pour bien faire son travail. Depuis, une prime pour les soignants a été décidée, et Emmanuel Macron a également fait des promesses encourageantes pour l'avenir, tout en voulant saluer le travail de ces individus.

Une concertation lancée

Lors d'un point presse, à la sortie du Conseil des ministres, ce mercredi 20 mai, Olivier Véran a voulu mettre en exergue une vision commune entre les revendications du personnel soignant et les objectifs gouvernementaux. "Lorsqu'ils parlent de perte de sens, lorsqu'ils dénoncent un recule des priorités, celle du soin, de la bienveillance et du bien-être, cela doit nous interpeller. Le paradoxe, sans doute, est que leur message de longue date a été entendu, que le diagnostic a été partagé", estime le ministre de la Santé, avant d'ajouter : "C'est un fait, c'est avec ce gouvernement que les tarifs hospitaliers ont été augmentés pour la première fois en dix ans [...] c'est

Retrouvez cet article sur Voici

Julien Guirado, accusé d'être violent envers Marine El Himer, a été hospitalisé
Laura Smet enceinte : quand son frère David Hallyday l'encourageait à devenir maman
Mort de Gregory Tyree Boyce (Twilight) : les terribles circonstances de la découverte de son corps
Laura Smet enceinte : quand la fille de Johnny Hallyday évoquait son désir de devenir mère
Déconfinement : Jean-Pierre Pernaut pointe (encore) du doigt les incohérences du gouvernement