VIDEO. Où sont les hôtels promis par le gouvernement aux malades du coronavirus ?

Le 19 avril 2020, Edouard Philippe annonçait que le déconfinement s’accompagnerait d’une stratégie d’isolement des malades, et qu’ils auraient le choix : “vous pourrez (...) vous confiner dans un lieu qui n’est pas votre domicile, qui pourra être un hôtel mis à votre disposition.” Mais au quatrième jour de déconfinement, l’œil du 20 heures a compté les hôtels mobilisés… et n’en a pas trouvé beaucoup. A Chelles, en Seine-et-Marne, un hôtel accueille actuellement 5 patients atteints du Covid-19, en convalescence. Comme Danielle Destarac, isolée dans sa chambre depuis sa sortie de l’hôpital il y a deux semaines : elle craignait notamment de contaminer ses proches. « Les gens qui sont dans l’appartement, fatalement je vais les croiser, ce n’est pas possible de ne pas se croiser. Et c’est vrai que ça me pose question, » reconnaît-elle.Isoler les patients contaminés, c’était bien l’objectif du Gouvernement. Mais cet hôtel, le seul de la zone à accueillir ainsi les malades, n’a pas été loué par l’Etat : c’est une initiative privée de Sibel Bilal de La Selle et son association, le Centre de ressources pour les mini-réseaux de proximité. « C’est 25 000 euros pour 15 chambres, 1 mois. C’est notre budget propre de l’association, » détaille-t-elle. Elle a bien écrit aux autorités sanitaires, demandé un soutien ou une subvention… mais sans succès : « Il n’y a aucune réponse… j’ai eu un coup de fil, on me dit ‘votre projet est très intéressant mais pour l’instant votre dossier est entre les mains du ministère’. Je me suis sentie dans un avion sans pilote ! »Seuls deux hôtels mobilisés sur 300 volontaires Le mois dernier, le président du groupe Accor proposait déjà de mettre ses hôtels à disposition pour accueillir des malades. “On a déjà aujourd’hui plus de 300 hôtels qui ont dit oui et qui sont volontaires pour accompagner le monde médical,” annonçait Sébastien Bazin sur France Inter. Un mois après, selon le groupe que nous avons contacté, seuls deux hôtels sur 300 ont été mobilisés. Pourquoi l’Etat n’a-t-il n’a pas donné suite à cette offre ? Où sont les hôtels promis ? Le ministère de la santé n’a pas répondu à nos questions. Alors nous avons contacté toutes les préfectures ; quelques unes nous ont communiqué des chiffres. Selon notre décompte, seule une dizaine d’hôtels accueilleraient des patients en métropole. C’est pourtant une solution déjà retenue dans plusieurs pays. « Si on ne contrôle pas bien la diffusion du virus au sein des familles, on va laisser le virus se transmettre au-delà du cercle familial, et c’est autant de nouvelles chaînes de contaminations qui peuvent naître, » prévient l’infectiologue Anne-Claude Crémieux. Depuis le 11 mai, les préfectures déploient des cellules chargées de passer des conventions avec les hôtels dans chaque département. Elles vont donc pouvoir appeler des établissements qui s’étaient portés volontaires… il y a déjà un mois.