VIDEO - "La nouvelle chanson qui arrive" : Martin Blachier discrédite "les enfermistes"

·1 min de lecture

Alors que nombre d'épidémiologistes, à l'image de Karine Lacombe, assurent ne pas croire à la théorie des quatre semaines pour freiner l'épidémie, Martin Blachier s'est montré on ne peut plus optimiste ce lundi 5 avril sur le plateau de L'heure des pros sur CNEWS.

"La nouvelle thématique des "enfermistes" (…) c'est de dire que ce n'est pas assez long", a ironisé le médecin en référence à ses confrères, partisans d'un confinement dur. Et de préciser : "c'est la nouvelle chanson qui arrive, c'est de dire que quatre semaines ça ne sera pas assez long". Un avis que ne partage absolument pas Martin Blachier qui considère de son côté que "quatre semaines, c'est déjà très long" mais que les pouvoirs publics, s'ils souhaitent rouvrir le pays le 15 mai, ne doivent pas se reposer sur leurs lauriers et "se mettre au travail" dans les plus brefs délais.

Si le gouvernement concentre ses efforts sur la campagne de vaccination, Martin Blachier appelle depuis plusieurs jours l'exécutif à lancer la commercialisation des autotests qui, selon lui, permettraient d'éviter la mise en place de nouvelles restrictions. Un outil qui devrait être disponible dès le 12 avril prochain en pharmacie, a annoncé Olivier Véran ce dimanche 4 avril sur Brut. "Ce sera un complément utile pour ceux qui veulent avoir des tests, pourquoi pas chez eux" a indiqué le ministre de la Santé avant de mettre en garde : "Il faut qu'il y ait un professionnel de santé qui puisse vendre ces tests-là, en explique le fonctionnement, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Après un « COVID carabiné », Arnaud Montebourg n’a « pas la forme du siècle »
Meghan Markle et Harry, des traîtres ? Une autre interview revient hanter la famille royale
Bernard Tapie et sa femme Dominique : les images choc de leurs visages frappés par des cambrioleurs
Barron Trump, 15 ans, de retour sous les flashs : il a encore grandi !
Karine Lacombe ne croit pas à la théorie des 4 semaines pour freiner l’épidémie