VIDEO N'oubliez pas les paroles : Nagui reprend la maestro Agathe sur une faute de français

·1 min de lecture

En douze victoires, elle a déjà remporté 91 000 euros. Une ascension fulgurante pour Agathe, maestro de l'émission N'oubliez pas les paroles, qui n'a pas l'intention de s'arrêter là. Pour ça, elle doit continuer de battre les candidats qui s'enchaînent chaque soir. Lundi 15 mars, c'est Kenza qui essayait de lui piquer le micro d'argent. Mais après la première manche du jeu, la concurrente d'Agathe avait trente points de retard. C'est donc la maestro qui a chanté en premier la même chanson : Capri, c'est fini, de Hervé Vilard.

Malheureusement, Agathe s'est trompée juste après le refrain, laissant l'opportunité à Kenza de la rattraper. Elle n'a pas trouvé les paroles après : "Nous n'irons plus jamais où tu m'as dit je t'aime / Nous n'irons plus jamais…" Et en plus, elle a fait une petite erreur de rythme. De quoi amuser le présentateur de l'émission de France 2. "J'aime bien quand vous vous suspendez avec un effet Matrix", a commenté Nagui, avant d'expliquer : "C'est-à-dire que vous attaquez trop tôt, vous dites "Nous n'irons", vous vous redites "Nous n'irons" dans votre tête, et après vous continuez. Comme le "Oh dis-moi" que vous avez fait sur Isabelle Boulay qui avait duré dix mois."

"C'est vrai. C'est parce que je me suis beaucoup entraînée avec les instrumentals [sic] donc j'ai l'habitude…", a répondu Agathe, avant d'être coupée par Nagui qui ne pouvait pas laisser passer cette (énorme) faute de français. "Qu'on appelle les instrumentaux depuis pas longtemps", a-t-il plaisanté, (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Patrick Poivre d’Arvor victime de fans très collantes ? Sa fille Morgane se souvient de « scènes extrêmement choquantes »
VIDEO "Il dit des conneries" : Cyril Hanouna s'en prend à Benjamin Castaldi, le chroniqueur prêt à se battre !
Nadège Beausson-Diagne victime de racisme au conservatoire : "C'est extrêmement violent"
Patrick Poivre d'Arvor : le journaliste cible de nouvelles accusations de viol et d'agressions sexuelles
Nabilla Benattia : pourquoi la crèche a refusé de prendre son fils Milann