VIDEO - Nordahl Lelandais un "prédateur froid", guerre psychologique au procès

·1 min de lecture

C'est la première étape d’un long périple judiciaire qui attend Nordahl Lelandais. Ce lundi 3 mai, il comparaît devant la cour d'assises de Savoie à Chambéry pour le meurtre du jeune militaire Arthur Noyer en 2017. Devant le tribunal, l'ex-maître-chien de 38 ans a confirmé avoir "donné la mort à Arthur Noyer, sans le vouloir", avant de présenter ses excuses aux proches de la victime présents. "Il a tenté de dire qu'il était désolé, qu'il avait une pensée pour Arthur Noyer et pour sa famille. Mais, manifestement, si j'en crois les comptes rendus d'audience, ça n'a pas marché", a commenté Thibaut Solano, journaliste à Marianne, sur le plateau de C à vous sur France 5 ce lundi 3 mai. Il a ajouté que Nordahl Lelandais ne parvenait pas "à faire oublier cette image de prédateur froid" qui a été "largement argumentée par les experts psys".

Au procès, la famille d’Arthur Noyer s’est présentée avec un grand portrait du jeune homme, tué en 2017 à l’âge de 23 ans. Ce qui a fait dire à Anne-Elisabeth Lemoine, présentatrice de l'émission C à vous, que ce procès était aussi une "guerre psychologique" renforcée par "ce portrait qui aura un impact sur les jurés d'assises présents". Lors de ce premier jour de procès, Nordahl Lelandais, impliqué également dans la disparition de la petite Maëlys, a pris soin de ne pas croiser le regard des parents d'Arthur Noyer ni de jeter un coup d'œil au portrait du défunt : "S’ils me le demandent, je peux les regarder dans les yeux. Je ne me permets pas de (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Une "co***le dans le potage" ? Clément (Mariés au premier regard) se lâche
Elizabeth II sur le point de tourner la page Buckingham ? Révolution au palais
INTERVIEW - Marlène Mourreau : "J'ai toujours été déçue d'être réduite à un physique"
Dany Boon et Laurence Arné : un duo qui fonctionne depuis 2015
Lucie Lucas (Clem) : sa mise au point salutaire avec son compagnon Adrien