VIDEO - "N'importe quoi, franchement !" : Nicolas Dupont-Aignan malmené chez Pascal Praud

·1 min de lecture

Ce vendredi 29 janvier, Nicolas Dupont-Aignan était l'invité de Pascal Praud dans L'heure des pros, sur CNews. Le patron du parti Debout la France ! a été pour le moins chahuté par le journaliste et son chroniqueur Laurent Joffrin. Revenant sur la procédure de destitution qui vise Donald Trump aux Etats-Unis, dans le simple but qu'il ne puisse plus se présenter à la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan a estimé que la même chose devait être faite à l'encontre d'Emmanuel Macron. "Je remarque que la destitution est adorée par le milieu parisien quand il s’agit de Trump, mais quand il s'agit de Macron, on n'a pas le droit d'en parler," a-t-il assuré. Et d'ajouter : "Mr Macron est aussi dangereux que Mr Trump pour notre pays." Des mots qui ont fait bondir Laurent Joffrin.

Le journaliste de 68 ans a fait comprendre à celui qui a recadré Jean-Jacques Bourdin qu'il disait... "n'importe quoi". "Mais qu'est-ce que vous racontez ? Franchement, là, c'est n'importe quoi," lui a lancé Laurent Joffrin. La cause initiale de la colère de Nicolas Dupont-Aignan : le troisième confinement qui pourrait être annoncé par le président de la République dans les prochains jours.

Sur le plateau de L'Heure des pros, Nicolas Dupont-Aignan a accusé Pascal Praud de déformer ses propos, ce qui l'a énervé. "Je ne transforme pas vos paroles, arrêtez," s'est-il exclamé. Et d'assurer : "Ce que vous dite, c'est contre-productif pour vous". Des échanges tendus qui se sont poursuivies pendant toute l'émission.

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "Jean Veil n'a pas eu d'influence décisive sur Olivier Duhamel" : chez Pascal Praud, on est choqué
VIDEO - "Une réquisition" : Jean-Michel Cohen plaide pour une mobilisation sur la production des vaccins
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni : sous quel régime sont-ils mariés ?
VIDEO - « Pas de pilote dans l'avion » : Emmanuel Macron pas épargné chez Pascal Praud
VIDEO - Hélène Darroze, cheffe 3 étoiles, ne se verse pas de salaire sur son restaurant parisien