VIDEO. "Je n'ai pas pu faire face à la deuxième vague", confie Nora Sahara, ancienne infirmière

Nora Sahara était infirmière. Aujourd'hui, elle est journaliste. Après la première vague de Covid-19, elle a décidé de changer de métier. "Je n'ai pas pu faire comme beaucoup d'infirmières, on était 10 % à être encore en arrêt, je n'ai pas pu faire face à la deuxième vague. Autant physiquement que psychologiquement", raconte-t-elle. Lors de la première vague, Nora a été positive au Covid-19. "J'ai eu quinze jours très compliqués", confie-t-elle. À son retour, elle a été particulièrement marquée par la faible considération à l'égard de la situation. "On faisait comme si tout... Comme si on n'était pas en pleine crise. Et au fil du temps j'ai fait une rechute, je me suis arrêtée et c'est ce qui a fait que les mois à venir, je n'arrivais plus à faire face à la situation", raconte Nora. Le manque de moyens Nora Sahara pointe le manque de moyens dans l'hôpital public en France. "Par exemple, quand on arrive dans un service en chirurgie, qu'on a 20 patients, qu'on est toute seule avec une aide-soignante et qu'il n'y a pas de médecins sur place la nuit, pas de réanimateur, rien du tout", développe-t-elle. Face aux urgences, les infirmières sont alors livrées à elles-mêmes. "Je ne sais pas comment on peut soigner 100 patients toute seule avec quatre aides-soignantes : c'est inhumain", fustige Nora. Dans son livre "Hôpital : si les gens savaient", Nora Sahara a recueilli des centaines de témoignages de soignants, partout en France.