VIDEO Mort du prince Philip : un hommage très symbolique va être rendu à l'abbaye de Westminster ce vendredi 9 avril

·1 min de lecture

Le prince Philip est décédé ce vendredi 9 avril à l’âge de 99 ans. L’époux de la reine Elizabeth II allait fêter son centième anniversaire le 10 juin prochain. Dans un communiqué, le palais de Buckingham a annoncé la triste nouvelle : “C'est avec une profonde tristesse que Sa Majesté la Reine annonce le décès de son mari bien-aimé. Son altesse royale est décédée paisiblement ce matin au château de Windsor. D'autres annonces seront faites en temps voulu. La famille royale se joint aux personnes du monde entier pour pleurer sa perte”.

Pour l’instant, seuls Kate Middleton et le prince William ont pris la parole sur Instagram pour honorer la mémoire du duc d’Edimbourg. La reine Elizabeth II est restée silencieuse, comme le reste de la famille royale. Malgré la distance qui sépare le clan Windsor du prince Harry, le duc de Sussex a évidemment appris la mort de son grand-père et ne souhaiterait rien d’autre que “d’être auprès de sa grand-mère”. “Harry fera tout son possible pour rentrer au Royaume-Uni et pouvoir se recueillir avec sa famille en ces temps très difficiles”, a fait savoir un proche au Daily Mail.

Si l’on sait que le prince Philip ne voulait pas de funérailles en grande pompe, cela n’empêche pas le Royaume-Uni de pleurer son prince consort. Le pays est en train de traverser un véritable deuil national et l’Union Jack, le drapeau britannique, va être mis en berne pendant huit jours. Aucune loi ne pourra également être promulguée pendant cette période, afin de respecter le (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Jean-Luc Reichmann : ce pacte qu’il a passé avec ses six enfants
VIDEO Affaire conclue : les acheteurs décontenancés par un objet à leur effigie
VIDEO Les Z’amours : agacé par un candidat, Bruno Guillon le met mal à l’aise
VIDEO Crise sanitaire : ce nouveau scandale révélé par Cyril Hanouna dans TPMP
VIDEO Dîners clandestins : ces autres personnalités présentes chez Pierre-Jean Chalençon