VIDEO Michel Cymes prévoit « une sorte de happening » le jour où il se fera vacciner

·1 min de lecture

C’est le sujet de ce début d’année : le vaccin contre la Covid-19. Lundi 4 janvier, pour la rentrée de l’émission C à vous, c’est naturellement sur la vaccination que le débat s’est porté. Avec notamment Axel Khan, généticien et président de la Ligue contre le cancer, qui a décrit le début de la campagne de vaccination en France comme « un désastre ». « Je suis un peu moins sévère qu’Axel Khan, mais c’est évident que ce démarrage a été raté, c’est évident qu’il faut accélérer, et très très vite, cette campagne de vaccination », a ajouté Michel Cymes, également invité de l’émission présenté par Anne-Elisabeth Lemoine, ajoutant : « Il y a quelques mois, quand on commençait à parler de la vaccination, qu’elle allait arriver, les Français étaient tous en train de dire “Mais comment vous faites pour mettre au point un vaccin en moins d’un an alors qu’il faut dix ans d’habitude ?” […] Et aujourd’hui, trois semaines plus tard, c’est quand même extraordinaire, tout le monde veut se faire vacciner et tout le monde veut que ça aille beaucoup plus vite. »

Face à la défiance de la part certains Français qui persiste, Michel Cymes a proposé une solution : « Il faut s’appuyer sur les médecins traitants qui doivent montrer l’exemple. » Il a développé : « Ce qu’il faut c’est que tous les médecins traitants, spécialistes le fassent, et là, je m’adresse à tous mes confrères : les Français nous font confiance, ils font ce que les médecins leur demandent de faire. Alors il faut que les médecins aillent (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Olivier Duhamel démissionne : la fille de Bernard Kouchner l'accuse d'inceste sur son frère jumeau
Cauchemar en cuisine : Philippe Etchebest a-t-il sauvé le restaurant de Jean-Jacques ?
VIDEO TPMP : victime de problèmes de son, Cyril Hanouna menace de rendre l'antenne
VIDEO N’oubliez pas les paroles : une ancienne maestro repartie avec zéro euro revient tenter sa chance !
VIDEO A prendre ou à laisser : une candidate, qui n'avait gagné qu'un euro, fait banqueroute