VIDEO Michel Cymes : sa femme vaccinée à l’AstraZeneca, il évoque ses effets secondaires

·1 min de lecture

Alors que le vaccin AstraZeneca crée une grande défiance chez les Français, au point qu’il arrive tous les jours que des doses soient jetées à la poubelle ! De nombreux médecins ont ainsi poussé un coup de gueule sur ce « gâchis ». Sur le plateau de C à Vous ce lundi 26 avril 2021, Michel Cymes est venu donner son avis sur ce vaccin décrié. « C'est une défiance qui est logique parce qu'il y a eu des problèmes de communication » a reconnu le médecin le plus célèbre de la télévision. « Il suffit de regarder autour de vous et effectivement il y a probablement plus d'effets secondaires avec l'AstraZeneca qu'avec le Pfizer ou les ARN », a-t-il ajouté. Mais selon lui, cela n’est pas si grave : « Il faut communiquer, expliquer les choses, dédramatiser » a lancé celui qui reçoit « deux, trois, quatre coups de fil par jour de potes qui me demandent s’ils peuvent se faire vacciner ». Mais il reste sur ses positions, rassurant avec ses proches : « Allez-y, une fois sur deux vous aurez peut-être de la fièvre ». Pour preuve, l'animateur des Pouvoirs extraordinaires du corps humain a même conseillé à sa femme de recevoir ce vaccin !

Ainsi, si sa femme avait quelques craintes concernant le vaccin AstraZeneca, Michel Cymes l’a bien rassurée : « Ma propre femme avait la possibilité de se faire vacciner par l'AstraZeneca parce qu'il restait une dose chez le pharmacien. Vous pensez que si j'avais pu imaginer une seconde qu'elle puisse faire une thrombose cérébrale ou qu'elle soit au lit pendant 10 (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Bernard Tapie malade : l’audacieux projet auquel il aimerait participer
Interview de Bernard Tapie sur TF1 : "très mal", il voulait annuler sa venue
Bernard Tapie est-il revenu dans sa maison cambriolée ? Il répond dans le 20h de TF1
VIDEO Mort d'Yves Rénier : ce signe qui a beaucoup inquiété Isabelle Morini-Bosc lors de sa dernière interview de l'acteur
Bernard Tapie : sa femme Dominique « traitée » depuis l'agression, elle n'arrive plus à dormir