VIDEO Ludivine Rétory demande de l'aide à une conseillère conjugale après une confidence très intime

L’ambiance était aux révélations, et à la délation, sur le plateau de C’est que de la télé ce mercredi 13 novembre. Pour ce nouveau numéro du talk-show, Valérie Bénaïm recevait Caroline Kruse, conseillère conjugale dont l’ouvrage intitulé Il faut qu’on parle vient de paraître aux Éditions du Rocher. L’occasion pour ses chroniqueurs de lui poser quelques questions sur leur vie de couple et de faire des confidences extrêmement personnelles.

En octobre dernier, Ludivine Rétory assurait qu’elle n’en voudrait pas à son compagnon, qui partage sa vie depuis plus de dix ans, si elle découvrait qu’il regarde des films pornographiques. La chroniqueuse, qui a rejoint la bande de Cyril Hanouna en 2017, vient de révéler que ses suspicions n’étaient pas infondées, et qu’elle ne se réjouit finalement pas de la situation. « Très chère Caroline, j’ai une confidence à vous faire. Je sais que mon chéri regarde des films X », a avoué la journaliste de 39 ans, avant de demander conseil à la conseillère conjugale. « Petit un : est-ce que c’est un problème ? Et petit deux : est-ce que si je le décide, je peux le faire arrêter ? », a-t-elle poursuivi.

Le couple de Ludivine Rétory en danger ?

Face aux doutes de Ludivine Rétory, Caroline Kruse a d'abord tenu à relativiser. « Alors, c’est un problème si ça vous en pose un, a expliqué la spécialiste. […] Tout dépend aussi du temps qu’il y passe. […] S’il est sans arrêt en train de regarder des films X, c’est un peu embêtant. Si ça impacte la sexualité entre

Retrouvez cet article sur Voici

VIDEO Ludivine Rétory s'en prend violemment à Capucine Anav après ses propos polémiques sur les cheveux crépus
VIDEO Ludivine Rétory : cette gaffe gênante qu’un partenaire a faite en plein acte sexuel
VIDÉO C’est que de la télé : Ludivine Rétory tacle violemment Caroline Ithurbide
VIDEO Philippe Conticini revient sur le jour où il a failli mourir après une opération
VIDEO Nagui vanne Thomas Pesquet après une boulette de l’astronaute