VIDEO - "La lettre au Père Noël" : Bruno Retailleau sans langue de bois chez Pascal Praud

·1 min de lecture

Qui sera le candidat de la droite en 2022 ? Toujours orphelins de Nicolas Sarkozy, les Républicains n'ont toujours pas de nom faisant l'unanimité à un an de la présidentielle. Et si Xavier Bertrand, plus au parti depuis 2017 et l'élection de Laurent Wauquiez, est le premier à s'être officiellement lancé dans la course à l'Elysée, refusant ainsi de passer par la case primaire, certains militent pour l'organiser.

"Il y a une autre méthode qu’on peut proposer : c’est la lettre au Père Noël", a assuré Bruno Retailleau face à Pascal Praud sur CNews. Car le sénateur vendéen ne voit pas Xavier Bertrand "écraser le match" pour le moment, malgré son avance à droite dans les sondages. "Quand vous aurez un certain nombre de candidats putatifs comme Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Michel Barnier qui demanderont une primaire. Quel choix aura Xavier Bertrand ? (...) On ne doit pas avoir peur de la démocratie", estime-t-il.

Un procédé "pas très gaulliste" aux yeux de Pascal Praud, qui a vu son invité nier vouloir simplement faire barrage au patron des Hauts-de-France : "Non je l'ai proposée depuis longtemps, on est au 21e siècle (...) La primaire c'est donner le choix aux gens". Seul motif pour esquiver le vote des militants, qu'un candidat de droite soit "à plus de 20% dans quelques mois". Pour l'instant, ce n'est pas encore le cas : selon la dernière étude, Xavier Bertrand atteindrait 16% des voix au premier tour de la présidentielle, devant Valérie Pécresse (11%), Laurent Wauquiez (7%) (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Pourquoi la reine Elizabeth II ne veut pas assister au sommet familial pour régler le cas de Harry
VIDEO - "Ignoble", "dégueulasse"... Frédéric Taddeï balance sur certains animateurs
Le prince Harry acculé : comment il a repris la main face à Kate, William et Charles
Isabelle Balkany traitée de "sorcière" : Pierre-Jean Chalençon en roue libre
VIDÉO - « Des putaclics » : Guillaume Genton très énervé après la polémique sur Nicolas Sarkozy