VIDEO. La langue bretonne, une langue en voie de disparition ?

"Le breton est une langue menacée et pourrait disparaître. Le cas du breton illustre comment une langue peut disparaître", explique Guillaume Jacques, chercheur en linguistique au CNRS. Il raconte, par exemple, que sa grand-mère maternelle était locutrice native du breton. Sa mère, elle, était "seulement" capable de comprendre le breton. "Et moi-même, je n'ai pu apprendre seulement une comptine", explique-t-il. Ainsi, cela illustre bien qu'une langue peut disparaître en seulement trois générations, en l'espace d'une cinquantaine d'années. Sur 3 340 400 habitants en Bretagne, 207 000 parlent le breton. Selon une étude menée par la Région Bretagne, l'âge moyen de ceux qui parlent le breton est de 70 ans. En Bretagne, seulement 3 % des étudiants sont dans des écoles bilingues, contre 45 % au Pays basque ou 16 % en Alsace. 50 % des langues bientôt dans l'oubli ? Le breton est loin d'être une exception car pendant ce temps-là, sur les 7000 langues parlées sur notre planète, 50 % pourraient cesser d'exister d'ici la fin du siècle selon le CNRS, dont les chercheurs constituent une arche de Noé des langues pour qu'elles ne tombent jamais dans l'oubli. Selon Guillaume Jacques, le 21e va voir un effondrement sans précédent de la diversité linguistique dans le monde. "Les trois principales causes étant l'hégémonie culturelle, la colonisation notamment dans des pays comme le Brésil et aussi le réchauffement climatique parce que les régions qui ont la plus grande diversité linguistique au monde sont également celles qui sont le plus menacé par le changement climatique", précise-t-il.