VIDEO. Du kiné au filage, une journée avec le danseur étoile Hugo Marchand

"À l'âge de 9 ans, j'ai ressenti un besoin viscéral de me tourner vers la danse." C'est à l'âge de 13 ans qu'Hugo Marchand intègre l'école de danse de l'Opéra de Paris après avoir essuyé plusieurs moqueries durant le collège. "Ça arrivait toutes les semaines qu'on me traite de pédé, de tapette, de tafiole, parce que j'étais danseur", raconte-t-il. Des progrès constants En mars 2017, il est nommé danseur étoile. Aujourd'hui, à 27 ans, la danse, c'est son quotidien. "Quand on devient danseur étoile, ce n'est pas la fin. Je n'ai pas attrapé la queue du Mickey, ce n'est pas le Graal, c'est le début. Donc en fait, je vais continuer à progresser jusqu'à la fin. J'ai encore plein de progrès à faire", estime Hugo Marchand. Et de poursuivre : "Si j'arrête de prendre mon cours le matin, dans 6 mois, je ne suis plus danseur." La scène, un moment effrayant mais palpitant Sur scène, le danseur étoile se produit devant 3000 personnes. Si cela est "effrayant" pour Hugo, il le vit malgré tout comme un moment de liberté. "Ce sont des moments où j'ai l'impression d'être totalement moi, où je ne me pose pas du tout la question de qui je suis, et je n'ai pas de doutes sur ma personne", explique-t-il. Ce sont des instants très intenses, selon lui. Il ajoute : "On se sent seul alors qu'on est entouré. La danse, je trouve que c'est un métier qui rend seul. Le grade d'Étoile rend seul."