VIDEO - Julie Zenatti agressée : les horribles commentaires qui l'ont choquée

·1 min de lecture

Julie Zenatti souhaite que la honte change de camp. En pleine promotion de son nouvel album Refaire danser les fleurs, la chanteuse a évoqué l'agression dont elle a été victime pendant son enfance. L'occasion également de remettre les points sur les i avec les internautes qui se sont permis de critiquer cette libération de la parole, dans le sillage des affaires visant Olivier Duhamel ou encore Richard Berry. "J'ai été reconnue comme victime et je n'imagine même pas toutes les femmes qu'on pointe du doigt et on commence d'abord par remettre en doute la parole des victimes. Moi ce petit incident s'est passé la semaine dernière, les commentaires que j'ai lu, venant pour la majorité de femmes, étaient 'nan mais ça va c'est la mode de raconter une agression, pourquoi elle ne va pas déposer plainte chez les flics' et c'est justement tout ça qu'il faut qu'on arrive à faire changer", a déclaré Julie Zenatti.

Il y a quelques jours, au micro d'Europe 1, Julie Zenatti avait évoqué le titre co-écrit avec Rose, Plein phare, issu de son dernier album, dans lequel elle chante : "Cette petite fille, un dimanche à Bastille, et puis tout qui vacille. Son foulard à pois blanc, vestige du printemps qui a volé le temps. Il s'enfuira peut-être, mais jamais de sa tête. Il en a fait des miettes". Celle qui n'avait jamais évoqué cette agression auparavant a finalement confirmé qu'elle était bien la petite fille en question dans la chanson... Désormais guérie de ses blessures, la chanteuse de 40 ans réclame (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - "Emmanuel Macron prenait la lumière" : il n'a pas laissé que des bons souvenirs à son ancien patron...
François Hollande : les droits d’auteur de son dernier livre « ne sont pas considérables »
Harry dépouillé de ses titres : William pourrait-il les récupérer ?
Donald Trump aurait gagné 1,6 milliard pendant sa présidence... Des chiffres qui donnent le tournis
VIDEO - "Un reconfinement généralisé serait une folie" : Martin Blachier persiste et signe