VIDEO - "Un jeu judiciaire" : le procès de Jonathann Daval mis en scène...

·1 min de lecture

C'est une séquence émouvante, poignante, qui a ému l'assemblée de la cour d'assises de la Haute-Saône, à Vesoul. Mercredi 18 novembre, au troisième jour du procès pour le meurtre d'Alexia Daval, les regards n'étaient plus seulement fixés sur Jonathann Daval, qui comparait pour l'assassinat de son épouse, mais sur Isabelle Fouillot, la mère de la victime. Appelée à la barre pour témoigner, elle a choisi de lire une lettre d'amour écrite par Alexia pour Jonathann, à l'occasion de la Saint-Valentin. Si Isabelle Fouillot a confié vouloir par ce geste défendre la mémoire de sa fille, décrite comme une femme dominatrice et écrasante, l'avocate Sophie Obadia, présente ce jeudi 19 novembre dans l'émission Midi News sur le plateau de CNews, a expliqué sa réservé quant à cette initiative.

"Cette lettre est un élément extérieur qu'apporte une partie. Théoriquement, ça ne se passe comme ça (...) C'est une mise en scène à laquelle nous ne sommes pas habitués et qui me semble être excessive. Je n'ai évidemment rien à dire contre la douleur de cette famille, mais pour autant le jeu judiciaire tel qu'il est montré au public ne me parait pas normal, ça excède les règles du procès pénal. Je trouve que cette façon de mettre en scène, cette manière d'amener au grand public ce procès de l'intime...", a-t-elle notamment déclaré.

Le procès, qui a démarré lundi, passionne l'opinion, tant la personnalité de Jonathann Daval intrigue. Tantôt impassible, tantôt déstabilisé au point de faire un malaise en (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"C’est tragique" : comment Tom Cruise a tourné le dos à sa fille Suri
Caroline de Monaco assume ses cheveux gris : son nouveau look très chic
Mort de l'acteur Michel Robin (La chèvre) à 90 ans
VIDEO - Le cri du coeur de Flavie Flament : "Donnez-nous le droit d'en pleurer toute notre vie"
Emmanuel Macron, "le fils caché de Nicolas Sarkozy" : cette phrase ironique