VIDEO. IAM raconte toute l'histoire derrière "L'Empire du côté obscur"

"L'Empire du côté obscur", sorti en 1997, fait partie de l'album "L'École du micro d'argent". Plus qu'un titre à succès, c'est surtout une chanson engagée qui pointe un schéma sociétal très manichéen. "On était attaché au fait que ce qui nous est présenté comme étant des gens biens ou les gentils ne sont pas forcément les gentils de l'histoire", estime Akhenaton avant d'ajouter : "Aujourd'hui, l'absence de nuance et le fait de classer les gens en catégories et d'avoir des a priori sur les autres, ça nous mène droit, tous, droit dans le mur", estime Akhenaton."En général, le noir, c'est le méchant et le blanc c'est le gentil"Dans ce titre, le groupe s'est inspiré de l'univers "Stars Wars" pour montrer cette dichotomie entre l'ombre et la lumière. Akhenaton se souvient avoir été marqué par le premier épisode qu'il a vu lorsqu'il avait 10 ans. "Quand suis allé voir le film, ça a été une gifle monumentale", se souvient le rappeur. Aussi, le groupa avait choisi de sampler "La Marche Impériale" de John Williams, lequel a été refusé par le compositeur lui-même. "Ce qu'on a trouvé très regrettable de la part de John Williams qui lui-même avait pris Chopin, avait remis "La Marche Funèbre" à sa sauce", commente Akhenaton. Outre l'univers "Stars Wars", le cinéma et les musiques de films ont toujours eu une place prépondérante dans la musique d'IAM."Du sombre peut jaillir un peu de lumière""À cette époque, il y avait aussi la volonté de montrer, surtout aux nôtres, que oui, on peut être considéré comme du côté sombre. Mais de ce côté sombre peut jaillir un peu de lumière", estime Shurik'n. En effet, pour IAM, le manque de nuance est dangereux et peut amener "directement à des problèmes de racisme, à des problèmes d'a priori, à des problèmes de jugements hâtifs, tout simplement."