VIDEO - Le gros coup de gueule de Bernard Tapie : "On ne fait rien !"

·1 min de lecture

Toujours aussi cash. Alors que le cancer le ronge depuis plusieurs années, Bernard Tapie s'est rendu sur le plateau du 20h30 dimanche de France 2, ce dimanche 31 janvier, pour donner (entre autres) des nouvelles de son état de santé. L'ancien dirigeant de l'Olympique de Marseille a profité de son intervention sur la chaîne pour adresser au gouvernement ses critiques acerbes. Pour l'homme d'affaires de 78 ans, qui a fêté il y a quelques jours son anniversaire, "l'État est construit pour être comme il est, or, il faut faire des réformes !" Au cours de son interview, Bernard Tapie est revenu sur un échange qu'il a eu avec le dirigeant d'entreprise marseillais Stéphane Bancel, président du laboratoire américain Moderna, "un mec fantastique". "ll m’a dit, quand je l’ai appelé : 'tu sais quand j'ai parlé aux autorités françaises de mon vaccin pour la première fois ? En avril ! Et je demandais du fric. Ils ne m'ont même pas répondu'…", raconte Bernard Tapie, la voix cassée par la maladie.

Selon ce dernier, le gouvernement est frileux dans sa gestion de la crise par crainte de déplorer des morts à cause du vaccin, alors que dans le même temps, des personnes meurent parce qu'il n'y a, justement, pas de vaccins. Bernard Tapie poursuit, dans un coup de gueule mémorable qui ne manquera pas de faire réagir : "Moi je leur reproche de ne pas dire : 'je ne serai pas élu le prochain coup, mais les réformes, je les fais'. Là, à peine élu, je commence à préparer les prochaines !" Une réflexion adressée (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "Le vaccin, on ne comprend rien" : Gérard Depardieu allume le gouvernement
VIDÉO - Coup de gueule de Bernard Tapie sur le manque de vaccins : Gabriel Attal calme le jeu
Roi de Thaïlande : entre ses filles et sa maîtresse, c’est la guerre froide
Stéphanie de Monaco : un cœur à vif chez les Grimaldi
« C’est notre dernière cartouche » : comment Emmanuel Macron a décidé de ne pas reconfiner