VIDEO - "Du grand n'importe quoi" : Pascal Praud tape sur Emmanuel Macron après les annonces

·1 min de lecture

Le gouvernement en a encore pris pour son grade. Ce vendredi 19 mars, Pascal Praud présentait un nouveau numéro de L'Heure des Pros. Comme beaucoup de Français, les nouvelles restrictions sanitaires, annoncées la veille par le Premier ministre Jean Castex, ne lui ont pas plu. Et il l'a fait savoir à l'antenne de CNews : "C'est du grand n'importe quoi. Inutile sur le plan sanitaire, illisible sur le plan politique, dramatique sur le plan économique. À chaque fois, on imagine que le gouvernement a touché le fond et bien non!", a critiqué Pascal Praud.

À l'image de certains leaders de l'opposition, le présentateur de CNews n'a en effet pas compris la stratégie du gouvernement d'imposer un troisième confinement à seize départements français : "Il invente le confinement dans le déconfinement, ou plus exactement, le confinement en plein air", a-t-il taclé, avant d'enfoncer le clou et de lister les conséquences de ces nouvelles restrictions sanitaires : "Les enfermistes ont perdu, les Français pourront sortir de chez eux. Les magasins de vêtements ont perdu, les collections qui viennent d'arriver sont à mettre à la poubelle. Les vacanciers d'avril ont perdu, ils sont assignés à résidence."

Sans surprise, l'intéressé en a profité pour fustiger Emmanuel Macron et ses ministres : "Le gouvernement joue à qui perd perd. Comment des gens, à priori intelligents, formés, expérimentés, peuvent-ils prendre des décisions aussi nulles ?", s'est-il interrogé, dubitatif. La veille déjà, Pascal Praud, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"On ne s'en relève pas" : Sheila touchante sur la rumeur qui aurait pu ruiner sa carrière
Confinement : l'étonnante mise au point de Gabriel Attal sur les coiffeurs
VIDEO - "Les César étaient plus vulgaires que Corinne Masiero" : Josée Dayan tranchante
« L’échec total » : après le reconfinement, Emmanuel Macron a les oreilles qui sifflent
Sophie Davant marquée par les deuils : "Je n'ai pas été épargnée"