VIDEO. «Gilets jaunes»: Ce que l'on sait sur l'incendie de la barrière de péage de Bessan

JUSTICE - De nouvelles mises en examen devraient survenir ce vendredi, indique le procureur…

ENQUETE - Ce vendredi, 18 personnes étaient mises en examen, dont 12 ont été placées en détention provisoire...

Le 8 janvier, 46 personnes étaient interpellées et placées en garde à vue par les gendarmes, dans le cadre des investigations sur l’incendie qui a ravagé la barrière de péage de Bessan, dans l'Hérault, dans la nuit du 18 au 19 décembre.

Ce vendredi, 18 étaient mises en examen, dont 12 ont été placées en détention provisoire dans plusieurs maisons d’arrêt d’Occitanie et six sous contrôle judiciaire, a indiqué Yvon Calvet, le procureur de la République de Béziers, ce vendredi. Le sort de cinq personnes reste encore à définir, dans les prochaines heures.

Des personnes « déterminées »

Dans la nuit du 18 au 19 décembre, un groupe de personnes, dont certaines avaient le visage dissimulé derrière des masques ou des cagoules, a détruit l’échangeur en y mettant le feu. Yvon Calvet décrit des individus particulièrement « déterminés ». « Malgré les interventions des forces de l’ordre, les intéressés sont revenus commettre des dégradations, souligne le procureur de la République. L’intervention des gendarmes ne les a en rien dissuadés. » Selon les premiers éléments des investigations, une « réunion » aurait eu lieu la veille de l’incendie du péage, pour planifier les événements.

Les profils des personnes interpellées sont très divers, soulignent les gendarmes. Des hommes, des femmes, des couples, d’âges divers, de 30 à plus de 60 ans, des retraités, une mère de famille de six enfants, des chefs d’entreprise, une infirmière, des commerçants… Une partie d’entre elles était déjà connue pour des faits de dégradations, d’outrages ou de rebellions, survenus avant le mouvement des « gilets jaunes », précise Jean (...) Lire la suite sur 20minutes

Cette vidéo pourrait également vous intéresser :