VIDEO Gabriel Attal contredit ? Cette précision du ministère de l'Intérieur après les propos du porte-parole du gouvernement

·1 min de lecture

Difficile de ne pas voir, parfois, le tâtonnement. Au sein du gouvernement, les voix qui s'élèvent se contredisent parfois. En première ligne, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, est régulièrement recadré par l'exécutif quand il se risque à des sorties plus ou moins contrôlées. En novembre dernier, il annonçait le retour du couvre-feu, avant d'être repris dans la foulée par Matignon. "Cette décision n'est absolument pas décidée à ce stade", avait assuré les proches de Jean Castex. Trois mois plus tard, en janvier, alors que le spectre d'un nouveau confinement se faisait grandissant, Gabriel Attal assurait que le dispositif du couvre-feu n'était plus assez efficace, admettant qu'il était "peu probable" que les dispositions sanitaires restent en l'état. Deux jours plus tard, Emmanuel Macron prenait la décision... de maintenir le couvre-feu et de ne pas mettre la France sous le régime d'un troisième confinement.

Dimanche 21 mars, Gabriel Attal était l'invité de BFMTV. Mis sous le feu de questions pratiques, le journaliste, habitant à Paris, lui a demandé s'il pouvait inviter du monde chez lui. "Vous ne pouvez pas inviter du monde chez vous. Ni pour un dîner, ni pour un déjeuner, l'a interrompu Gabriel Attal. Vous ne pouviez déjà pas le faire avant, en tout cas, on vous demandait de ne pas le faire. Aujourd'hui, la logique, c'est chacun chez soi".

L'utilisation du verbe "pouvoir" a, semble-t-il, créé une confusion. Pendant quelques heures, il a alors été question d'une (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO Philippe Gildas : sa femme Maryse raconte les derniers instants de l'animateur
Capucine Anav : sa mise au clair après son voyage privilégié aux Antilles
PHOTO Antoine Griezmann fête ses 30 ans : Erika Choperena lui adresse de tendres messages sur Insagram
Shy'm maman : elle a retrouvé la ligne deux mois après son accouchement
Jessica Thivenin enceinte : cette demande de son médecin qui l'angoisse